Une « station-service dans l’espace » : un nouveau projet pour fabriquer du carburant pour fusée à partir de déchets en orbite terrestre

Une entreprise australienne se joint à l’effort mondial de recyclage des débris spatiaux dangereux

Une entreprise australienne participe à un effort international visant à recycler les dangereux débris spatiaux en carburant pour fusée – dans l’espace.

L’orbite dont dépend notre planète est de plus en plus encombrée de débris provenant de vieux vaisseaux spatiaux. Les satellites morts et les pièces de fusée usagées se déplacent à des vitesses allant jusqu’à 28 000 kilomètres par heure, ce qui constitue une menace pour les satellites de communication et la Station spatiale internationale.

À ces vitesses, même une petite vis ou une tache de peinture représente un risque pour les installations telles que l’ISS, ainsi que pour les personnes qui s’y trouvent.

Le week-end dernier, la Russie a tiré un missile et détruit l’un de ses propres satellites, projetant des débris. Les États-Unis ont déclaré que ces débris « menacent désormais les intérêts de toutes les nations ». Le pire scénario est celui de collisions en cascade entre des débris spatiaux de plus en plus petits jusqu’à ce que les orbites deviennent inutilisables, une situation connue sous le nom d’effet Kessler.

La société sud-australienne Neumann Space a mis au point un « système de propulsion électrique dans l’espace » qui peut être utilisé en orbite terrestre basse pour prolonger les missions des engins spatiaux, déplacer les satellites ou les désorbiter.

Neumann travaille actuellement avec trois autres entreprises sur un projet visant à transformer les déchets spatiaux en carburant pour ce système de propulsion.

La start-up japonaise Astroscale a déjà démontré comment elle pouvait utiliser des satellites pour capturer des débris dans l’espace.

Nanorocks, aux États-Unis, travaille sur un projet utilisant une robotique avancée pour stocker et découper ces débris lorsqu’ils sont encore en orbite. Une autre société américaine, Cislunar, développe une fonderie spatiale pour fondre les débris en tiges de métal.

Le système de propulsion de Neumann Space peut utiliser ces tiges de métal comme carburant. Son système ionise le métal, ce qui crée une poussée pour déplacer les objets en orbite.

Hervé Astier, directeur général, a déclaré que lorsque Neumann a été contacté pour faire partie d’une chaîne d’approvisionnement pour fondre du métal dans l’espace, il pensait qu’il s’agissait d’un projet futuriste et que ce ne serait pas « aussi facile qu’il y paraît ».

« Mais ils ont obtenu une subvention de la Nasa, alors nous avons construit un prototype et il fonctionne », a-t-il déclaré.

« Nous avons fait une démonstration technologique en direct.

« On peut saisir un morceau de débris, on peut le découper, on peut le faire fondre, et on peut l’utiliser. »

Une fois que les objets sont envoyés en orbite, ils peuvent y rester pour toujours, à moins qu’ils ne flottent hors de l’orbite (désorbitation) et brûlent dans l’atmosphère terrestre (ou touchent occasionnellement la surface de la Terre).

Alors que le problème des débris spatiaux s’aggrave, des institutions du monde entier tentent de trouver des solutions, qu’il s’agisse d’aimants, de « griffes spatiales » ou de harpons.

Des chercheurs australiens se penchent également sur le problème.

Saber Astronautics a obtenu une subvention de la Nasa pour mettre au point une voile de traînée, qui sera lancée à partir d’un vaisseau spatial en fin de vie et le traînera hors de l’orbite.

L’entreprise Electro Optic Systems de Sydney, en collaboration avec l’université de Canberra, a mis au point une technologie laser capable d’éloigner les déchets des collisions potentielles ou de les ramener dans l’atmosphère.

L’Australian Institute of Machine Learning a obtenu une subvention pour améliorer la détection et le suivi des débris, et un nouveau radar de surveillance en Australie occidentale y contribuera également.

Recycler les débris, au lieu de les capturer ou de les détruire, est encore une autre dimension.

M. Astier dit que c’est encore futuriste, mais il voit maintenant que c’est possible.

« Beaucoup de gens mettent de l’argent dans les débris. Souvent, c’est pour les emmener dans l’atmosphère et les brûler. Mais s’ils sont là et que vous pouvez les capturer et les réutiliser, c’est logique d’un point de vue commercial, car vous n’avez pas à les envoyer là-haut », a-t-il déclaré.

« C’est comme développer une station-service dans l’espace ».